Villemontais, Lundi 18 Février 2019, -1 °C, Ensoleillé
158 Rue Antonin Vergiat
42155 Villemontais
Tél. 04 77 63 10 15
Histoire Patrimoine Commune Mairie Villemontais Loire Auvergne
Histoire Patrimoine Commune Mairie Villemontais Loire Auvergne
Histoire Patrimoine Commune Mairie Villemontais Loire Auvergne

Un peu d'histoire sur la commune de Villemontais

Villemontais a la chance d'avoir parmi ses habitants quelques personnes totalement "fondues" d'histoire! Une richesse inouie pour notre village qui peut ainsi retrouver les traces de son passé.

Tous les éléments  présentés ci-dessous proviennent directement d'ouvrages historiques ou de recherches réalisées par l'association locale "Les Têtes Blanches"

  • Eglise Saint Martin

Notre village peut s'enorgueillir de posséder une vaste église consacrée à Saint Martin

Nous avons connaissance de l'existence d'une chapelle dédiée à St Martin dès l'an 984. Au XIX ème siècle, cette chapelle, dans un état de délabrement avancé, est bien trop petite pour accueillir une population de plus de 1250 habitants. Elle est si exigüe, que, lors des offices du dimanche, plus de  200 personnes restent dehors.

En 1827,  la première pierre de la nouvelle église est posée. Le cimetière qui entoure la petite chapelle est déplacé à St Roch afin de permettre la construction d'un nouvel édifice qui est achevé en 1828.

Le conseil de Fabrique de Villemontais est l'un des premiers à être mis en place en 1805. Ses attributions, régies par un acte du 21 frimaire de l'an XII, consistent à veiller à l’entretien de l'église et à l’administration des aumônes . Sept jours après son élection, le conseil de fabrique s'est réuni pour faire l’inventaire des effets de la sacristie. Pierre Forest est alors nommé sacristain. Il reçoit 10 écus pour prendre soin des ornements, ranger les autels le dimanche et fêtes et assister aux messes. Le nom de marguillier n'est donné que plus tard pour exercer cette fonction.

Ayant reçu un don, le conseil de Fabrique décide de faire construire deux tambours, l’un à la porte principale, l’autre à la porte latérale. Ces deux ajouts permettent "d'éviter le tumulte, d'empêcher la volaille et autres animaux d’entrer, et de supprimer le courant d’air qui occasionne une dépense extraordinaire de cierges…" Ces tambours sont  réalisés par le sieur Brat en avril 1839.

A cette époque, l’horloge du clocher marche comme un réveil ; il faut remonter le mécanisme chaque semaine.

30 ans plus tard, en 1857, l’église est consolidée et améliorée par l’ouverture de trois grandes fenêtres au niveau du chœur et la création d’une voûte sur les trois nefs . Le clocher a la forme d'une tour carrée.

En 1877, l’archevêque autorise l’agrandissement de l’église et de la construction d’un nouveau clocher sur lequel est placé le paratonnerre. Après la démolition de la tour de l’ancien clocher et de son beffroi, toute la façade est démontée,  chaque pierre étant numérotée pour être ensuite remontée à l'identique. La construction de deux nouvelles travées est réalisée. Au dessus de l'une d’elle le clocher est édifié. La sacristie est agrandie. Tous ces travaux sont terminés en 1882. Par la suite de nombreux aménagements intérieurs sont apportés tels que le carrelage du chœur en 1901,l’électrification en 1925… Entre 1928 et 1930, l’église est entièrement repeinte intérieurement .                         .

 

Le clocher est équipé de trois cloches:  la première de 40 cm de hauteur porte l'inscription : « au Marie Conçue sans péché je sonne la suite du temps et j’appelle l’Eternel; La deuxième, d'une hauteur de 1 m, provient de l’ancienne église. Son parrain est Mr Maxime de la Rochette et sa marraine Mme Marie Françoise Gonthier épouse de Mr le chevalier de la Rochette. La troisième cloche, mesurant 1m30 de hauteur, a pour inscription « des éclairs et des tempêtes protégez nous Seigneur » . Son parrain est Mr le curé Dubost de la paroisse St Etienne de Roanne et sa marraine Mme Geronyme Barnaud. Cette cloche a été fondue après la construction du clocher sur le « sieur », lieu où l’on battait le blé, chemin de St Roch.

L’électrification des cloches et de l’horloge date de 1952 – 1953. En décembre 1955, un chauffage au gaz est installé en remplacement de deux gros phares à bois-charbon.En 1971, le chauffage au gaz se détériore, il est alors remplacé par un chauffage soufflant avec une chaudière à mazout.

En 1981, les ardoises du clocher s’envolent. Suite à sa réfection, un coq, financé par les habitants, est placé au-dessus de la croix par l’entreprise Coussé Dautrait.

        

Notre église est désormais répertoriée comme étant un édifice martinien et, à ce titre, elle figure comme une étape du Chemin de Saint Martin.

Les Monts de la Madeleine

(en cours d'enrichissement)

Les sites et monuments à voir

(en cours d'enrichissement)

Villemontais d'hier et d'aujourd'hui

(en cours d'enrichissement)